Je n'entrerai pas maintenant dans le détail de ce que nous appelons la communion de sang, car je compte la décrire aussi fidèlement que possible au moment de vous relater la mienne. Mais pour que vous compreniez l'avertissement d'Antoine, il me faut vous en révéler le point central, à savoir la fusion temporaire des âmes.

Durant le rituel muant un mortel en vampire, les deux personnalités ne font plus qu'une, les souvenirs se mêlent au point que seule la logique permet de les différencier. Il n'est pas plus envisageable de dissimuler vos pensées les plus profondes que de les cacher à vous-même, un vous-même plus expérimenté et moins porté à l'auto-complaisance. Le vampire peut ne pas s'attarder sur vos défauts par respect pour vous, mais il ne peut les ignorer. Mieux vaut donc se sentir en accord avec soi-même si l'on ne veut pas en ressortir avec un désagréable dégoût de soi.

Je connaissais déjà tout cela; mon instructeur avait eu l'occasion d'évoquer cette caractéristique de la transformation en réponse à mes innombrables questions. Il me rappela donc avec insistance que devenir vampire exigeait que j'acceptasse de m'unir à lui plus intimement que tout ce que je pouvais concevoir. Etais-je certain de ne rien vouloir lui taire? Car une fois la communion engagée, il saurait tout de moi, sans exception. Et à l'inverse, étais-je prêt à endosser sa mémoire et ses vices?

L'étais-je?... Bien que les années eussent passé depuis ma fascination initiale pour Antoine, que je décrivais suite à un commentaire de Mercana, je ressentais toujours pour lui une grande affection et une admiration sans bornes. Néanmoins, une certaine forme de pudeur me retenait. Je réfléchis longuement à la question, et me contraignis plusieurs nuits de suite à un exercice de confession à faire pâlir vos psychologues.

Enfin rassuré quant à ma détermination, mon mentor entreprit ensuite de me préparer le plus complètement possible en vue du passage. Alors que plusieurs mois s'étaient déjà écoulés depuis la mort de mon frère, mon entraînement dura encore près d'un an -- la patience est la première vertu que doit adopter un vampire.