12 octobre 1354, peu après la tombée de la nuit. Je frissonnai en attendant mon mentor au point de rendez-vous que nous nous étions fixé, moins à cause de l'humidité ambiante que de l'anxiété. C'était ma dernière chance de reculer et de rester humain; ensuite, il serait trop tard pour les regrets. Malgré toute ma préparation, le grand saut m'effrayait... Cependant, la détermination l'emportait, et je ressentais également une certaine excitation à la perspective de l'immortalité. Je ne redoutais pas l'ennui une fois que j'aurais percé tous les secrets de l'univers -- dire que je croyais cela possible! -- car j'avais l'intention de quitter alors ce monde, comblé. Peu importait que cela arrivât dans un an ou dans mille.

La vue d'Antoine, qui me surprit là dans mes réflexions, me fit oublier mes dernières réticences. Je sentis les battements de mon cœur redoubler dans ma poitrine -- pour la dernière fois, songeai-je. Nul doute que le vampire le perçut également.

« Te sens-tu prêt? demanda-t-il. Tu peux encore changer d'avis, ou décider d'attendre quelques mois.

- Non! Je sais ce que je souhaite et ne reviendrai pas sur ma décision. Je suis aussi prêt que je peux l'être, Antoine. Faites de moi votre semblable. »

Il hocha gravement la tête.

« Alors, suis-moi. »

Il me conduisit jusqu'à une cabane perdue dans la forêt. Bien que j'eusse emporté une torche pour éclairer nos pas, j'eusse été incapable de trouver seul mon chemin. Mais je savais que, bientôt, je n'aurais plus à redouter l'obscurité.