Quel étalage d'insolence je découvre dans les commentaires postés durant mon absence. Non contents de faire fi des tourments que ma compagne et moi-même subissions, vous venez me sommer de vous répondre sans délai, me mettre au défi de vous prouver ma réalité ou m'enjoindre de vous transformer, quand vous ne jouez pas simplement au vilain petit vampire, oh si libre de ces encombrantes règles de vie en société que l'on nomme conscience.

Est-ce là la triste vérité de cet internet qui effraie tant les puissants? Ou n'est-ce que le reflet d'une société d'enfants gâtés qui posent la satisfaction individuelle en valeur absolue? Et vous vous rêvez vampires? Ha.

Le vampirisme est précisément l'antithèse de ce nombrilisme mâtiné d'insécurité qui s'étale au grand jour dans les commentaires de mon journal. Le vampirisme est le don de soi à l'autre au cours de la communion. Le vampirisme est le rejet du plaisir, une frustration permanente que l'on s'impose à soi-même. Le vampirisme est la discipline de l'ascète poussée à l'extrême. Le vampirisme est la solitude éternelle, et l'éternité face à ses propres tourments. Le vampirisme est l'acceptation d'un monde changeant où les repères nous échappent, où les civilisations mêmes naissent et meurent. Le vampirisme est l'humilité devant ces mortels à qui nous devons tout. Le vampirisme est la peur des chasseurs et la précarité. Quelle ironie: le vampirisme est tout ce que vous voudriez abandonner avec votre humanité.

Faites donc l'effort de lire le premier commentaire d'Angel-Black: derrière la formulation hésitante, elle manifeste une rare compréhension de l'état de vampire.

Devenir vampire n'est jamais un but. Tout au plus cela peut-il être un moyen d'atteindre un but plus grand.