« Fabien, faites de moi votre semblable. »

Je me persuadai d'avoir mal entendu.

« Vous en avez le pouvoir, n'est-ce pas? reprit-elle de sa voix de miel, promenant la main sur mon torse. Oh, beau vampire, ne désirez-vous pas cette communion dont vous m'avez tant vanté les délices? »

Je songeai dans un recoin de mon esprit qu'elle semblait plus à l'aise que moi avec ma nouvelle nature, et redoutai de la fasciner à mon insu. Je protestai:

« Je ne puis commettre une telle perfidie! Eléonor, vous ne réalisez pas: ce serait vous jeter dans la nuit éternelle, vous condamner à la pire vilenie. Nous buvons le sang des mortels! »

Comme elle se pressait contre mon sein, je me réjouis de résister sans trop de peine à la tentation de la mordre à nouveau.

« Fabien, je réalise parfaitement mais ne souhaite rien d'autre que de vous rejoindre. Votre mentor a-t-il manifesté tant de mauvaise grâce? Ne vous montrez pas cruel au point de me dénier, à moi, ce qui vous a été accordé. »

Je sentais fondre ma résolution sous ses chatteries; en désespoir de cause, je tentai une autre échappatoire.

« Je ne saurais vous transformer à votre tour sans une préparation longue et rigoureuse, semblable à celle qu'Antoine exigea de moi. Vous devrez exercer votre esprit à affronter l'inconcevable.

- Fabien! Vous êtes bien prompt à oublier que je ne partage pas votre immortalité. Je serai vieille femme avant que vous ne vous décidiez. »

Elle me tourna le dos. La voir s'écarter me mettait au supplice, et encore davantage le soupir qui s'ensuivit:

« Sans doute, en vérité, ne m'aimez-vous pas tant que vous le prétendez. »

Pour grossier que fût le piège, je ne pouvais y résister.

« Vous êtes injuste! Eléonor, ma mie, unir nos âmes est mon rêve le plus cher, vous le refuser la plus terrible torture. Soit, je... Je resterai à vos côtés pour vous assister dans le chaos de la vie de vampire, quand la désespérance menacera de vous emporter. Mais j'ai besoin de quelques temps, afin d'aller quérir... des victimes... » achevai-je difficilement, ne pouvant me résoudre à l'imaginer s'en rassasier.

Elle m'accorda une nuit. Des heures durant, je priai Dieu que la lumière du jour et une nuitée en mon absence la ramenassent à plus de raison. Mais les prières d'un vampire n'obtinrent pas l'audience céleste.