Je savais que cela finirait par arriver tôt ou tard -- cette fois, le lien a totalement disparu. Hier soir, j'ai réalisé que j'étais devenue incapable de percevoir le réveil de Fabien. Pouvez-vous imaginer ce que c'est d'avoir connu une telle proximité et de l'avoir perdue? A vrai dire je connais déjà la réponse: non, vous ne le pouvez pas. La solitude que je ressens maintenant est à l'image de la chaleur que me procurait le lien.

Les autres ont baissé les bras. Oh, bien sûr, ils sont toujours là pour moi, mais leur compassion ne m'est d'aucun réconfort. Ils ont perdu tout espoir en même temps que Fabien. Ils pensent que si lui -- lui entre tous! -- a abandonné, cela signifie que personne ne peut rien faire pour le sauver. Mais je ne m'avoue pas si facilement vaincue.

Je n'ai pas dit mon dernier mot.