Etonnamment pour quelqu'un d'aussi sinistre réputation, le Commandeur ne cherche à régenter ni le monde mortel, ni le monde vampirique. A y regarder de plus près -- mais qui y songerait tant il effraie? -- les récits de ses forfaits tiennent de la rumeur plus que de la certitude. Les uns datent de plusieurs générations, les autres se transmettent de bouche à oreille sans que l'on puisse remonter à la source; et ses seuls agissements attestés pâlissent devant les horreurs hélas banales en temps de guerre.

En réalité, c'est la ruse, plus que la cruauté, qui ressort de ses actes. Il use de la terreur comme d'une arme dissuasive l'autorisant à épargner ses ennemis. Il détourne les chasseurs de leurs cibles, les lance sur de fausses pistes ou leur livre les plus abjects des nôtres. Il s'entoure de vampires ambitieux pour mieux les contrôler.

Car le véritable rôle du Commandeur consiste à protéger l'équilibre entre vampires et mortels. Que cet équilibre soit sur le point d'être rompu, et seulement là, il intervient directement. La majeure partie de son action se joue dans l'ombre, collection de cabales et autres manigances destinées à éliminer la menace sans éliminer ses auteurs. Comble d'ironie, tandis que les chasseurs s'efforcent de nous exterminer, l'ignoble Commandeur œuvre à protéger leurs vies.

N'allez cependant pas croire à de la complaisance. Sa magnanimité émane d'une éthique qui le poussera aussi, si la situation l'exige, à prendre des mesures qui feraient frémir le plus endurci d'entre vous.